•  

    Une nouvelle aventure...

          

    celle de toute une vie...

    on se lance à deux et on devient trois...

    un bonheur et un amour incommensurables... mais aussi la fatigue, les doutes, les questions...

    Quel chamboulement !

     

     

    Elisa est née au mois de mai, quelques jours en avance, pour les 60 ans de son papy ! Nous sommes évidemment fous d'elle : ses sourires et gazouillis nous font fondre !!

    Comme j'ai toujours mille projets en cours et dans la tête, m'adapter à un rythme "bébé qui dort peu et a un gros besoin de contact" a été un peu rude au début... Mais j'en ai pris mon parti : vivre plus doucement, profiter de tous ces moments qui vont vite passer et reprendre le temps de lire beaucoup plus !! Et puis elle grandit, a de plus en plus de moments où elle s'éclate toute seule, dort un peu plus longtemps et ne se réveille plus dès qu'on la pose. Je reprends donc mes occupations doucement et forcément j'ai plein d'envies de bricolage pour elle ! wink2

            

    Une nouvelle aventure...

     

    photos : Audrey Parriaux, super photographe basée dans le nord-ouest du Rhône

    Pin It

    votre commentaire
  • Un article que j'ai commencé il y a longtemps, que j'ai remanié plusieurs fois, presque abandonné... Là, c'est l'épilogue, je vais donc aller au bout...

    Il y a 5 ans, je quittais mon premier poste définitif en REP + à cause d'une équipe dans laquelle je ne me reconnaissais pas et faute de mieux, je redemandais un poste de brigade, cette fois dans une zone assez tranquille autour de mon nouveau chez moi. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'on m'attribue des 1/4 de décharge pour l'année, dont un au sein d'une école spécialisée d'un hôpital de jour (hôpital psychiatrique).

    J'ai donc découvert un monde inconnu : une petite école avec une vingtaine d'élèves, 4 enseignants et 3 éducatrices pour accueillir les enfants qui ne pouvaient pas tenir toute la matinée en classe. Une classe de 5 enfants d'âges et de niveaux très variés : de R, 10 ans, prêt scolairement à aller en ULIS à An, 7 ans qui glissait sous sa table ou sous mon bureau à chaque demande, ne maitrisait pas la numération jusqu'à 5 ni les couleurs (lui aussi je l'ai ensuite beaucoup eu dans ma classe et il a sacrément évolué !). J'ai découvert une différenciation pédagogique plus poussée, une réflexion plus fine que l'on n'a pas forcément le temps d'avoir dans une classe ordinaire... Bon, la gestion de ce groupe hétéroclite n'était pas facile tous les jours, les crises de R étaient parfois violentes au point qu'il lance les chaises à travers la pièce... Mais bon, l'année d'avant j'en avais bien bavé aussi dans ma REP+ avec 6 élèves qui auraient pu bénéficier de soins et pétaient les plombs en classe, ma seule solution étant les collègues... et j'avais le reste de la classe à faire avancer ! Là, en cas de grosse crise, je pouvais aussi compter sur mes collègues et surtout demander l'intervention des éducateurs ou infirmiers de l'hôpital.

    Quand on dit "hôpital psychiatrique", ça fait peur mais au final, avec de l'adaptation (aux troubles des enfants et au monde hospitalier) j'ai trouvé ça super intéressant, moi qui n'avais jamais envisagé l'enseignement spécialisé...

    L'année suivante, j'ai gardé mon poste de brigade et me suis fait connaitre auprès de l'inspection en mettant en avant mon intérêt pour l'enseignement spécialisé et mon souhait de postuler à la formation CAPA-SH l'année suivante. J'ai été affectée sur le remplacement d'une collègue pendant sa formation dans un établissement accueillant des enfants polyhandicapés. Là aussi un autre monde mais une expérience formidable ! J'ai beaucoup apprécié le travail avec les autres professionnels et vécu des expériences humaines assez intenses avec ces loulous pour qui communiquer n'est pas toujours aisé voire possible.

    J'ai ensuite été admise en formation CAPA-SH option D et obtenu un poste à l'école de l'hôpital psychiatrique. Youhou !! Bon ça n'a pas été une sinécure, hein... A l'école, bien que mon remplaçant était top et que nous communiquions beaucoup, l'alternance était assez complexe pour les enfants qui nous le rendaient bien... quelques difficultés aussi pour construire les projets de co-intervention avec les professionnels alors que c'était nouveau pour eux et que nous débarquions...  Mais au final on s'en est sortis =) La formation, quant à elle, a été très enrichissante mais aussi très éprouvante : une alternance de doutes et de super motivation au fur et à mesure des interactions (mais non, je n'ai pas les nerfs à vif...), des idées, des envies de changement de pratiques plus que de temps pour les mettre en œuvre (me repo...quoi ?!) et de la colère face à certains formateurs peu bienveillants, la pression qu'on nous a mis pour pondre un mémoire en 3 mois (quelle hérésie..), et cet examen... mais on l'a déjà passé le concours non ?!! Finalement, par un jour de mai, avec quatre jurys (autant que d'élèves...) dont deux qui n'ont pas compris dans quel genre d'établissement ils étaient (genre l'IEN de circo qui me dit en substance que mon cadre est trop rigide, j'ai peu d'élèves je pourrais en profiter... euh ouais... en fait en HP, le cadre c'est juste le plus important pour eux...), avec un temps en classe écourté sur proposition de l'IEN ASH après que le seul des 4 élèves qui ait accepté de travailler se soit mis par terre à faire des cris d'animaux... (au passage, situation complètement inédite pour cet enfant... je soupçonne que cet examen ait été aussi maltraitant pour eux...), bref, après tout ça, j'ai officiellement été intronisée enseignante spécialisée (ben oui c'était la cata mais j'ai montré que je savais gérer la cata^^).

     

    Enseigner en hôpital de jour

        A l'hôpital, nous enseignons le matin à des enfants qui sont sortis du milieu ordinaire et scolarisés uniquement dans notre école spécialisée. Chaque enseignant est référent d'un groupe avec lequel il commence la journée en travaillant sur les apprentissages fondamentaux. Les groupes sont souvent hétérogènes, pensés plus en fonction des incompatibilités humaines que des niveaux scolaires. Dans un deuxième temps de la matinée, après la récréation, nous échangeons nos groupes (afin de permettre un nouveau départ quand le début de matinée s'est passé difficilement) et nous travaillons sur des activités pluridisciplinaires, en lien avec notre projet de l'année :

     

                                Cette année                   

    Enseigner en hôpital de jour

       

    L'après-midi, pendant que les enfants reçoivent des soins, nous avons plusieurs missions : accompagnement à l'inclusion de nos élèves dans l'école ordinaire proche de l'hôpital, co-animation de groupes avec les soignants et, majoritairement : accompagnement à la scolarité d'autres enfants de l'hôpital de jour scolarisés dans l'ordinaire. Il s'agit d'interventions ponctuelles pour créer du lien avec l'enseignant.e, préparer une intégration à l'hôpital ou d'interventions hebdomadaires avec une intervention auprès de l'enfant, d'un petit groupe ou de la classe entière pour travailler sur des apprentissages scolaires ou le métier d'élèves, en fonction des besoins de l'enfant.

     

    Deux institutions qui se rencontrent (éducation nationale et hôpital public) ce n'est pas évident tous les jours.... A une période où le nombre de postes d'enseignants est de plus en plus compté et face à ces deux institutions n'ayant pas les mêmes objectifs ni les mêmes rythmes, des postes d'enseignants qui ont aussi peu d'élèves et se déplacent autant passent pour du gaspillage... sans considération aucune pour l'importance de cette petite école qui se substitue à l'échec de l'intégration en ordinaire des enfants les plus fragiles, ni sur l'importance du soutien apporté aux enseignants qui doivent sans formation et accompagnement accueillir des élèves qui les mettent parfois en grande difficulté.      

    Enseigner en hôpital de jour

    Durant les quelques années que j'ai passé à l'école spécialisée, un des poste a été externalisé de l'hôpital, un autre (le mien) a été dans un premier temps réduit à un mi-temps.... (c'est ainsi que je n'ai pu le garder et me suis retrouvée à nouveau avec un poste de remplaçante l'an dernier. La personne ayant eu le poste a pris un congé parental et n'est jamais venue. Après moult atermoiements, on m'a nommé sur ce remplacement. Nous en étions tous ravis sauf que matin en hôpital psychiatrique et remplaçante l'après-midi sur une autre circo avec parfois 1h de trajet sur un temps de pause méridienne d'1h30, le tout en couvant un bébé... ça n'a pas été possible très longtemps...)

    ...puis ce mi-temps a été complètement supprimé cette année... Pour ma part, j'ai obtenu un poste dans un IME près de chez moi. Une nouvelle aventure commence mais pas sans aucun repère puisque j'avais déjà eu l'occasion de croiser une partie des collègues enseignants avec qui je vais travailler et que je retrouverai aussi quelques jeunes étant passés par l'hôpital.

    Pin It

    1 commentaire
  • Lors d'une conversation sur les sciences avec une copine qui enseigne en maternelle, j'ai repensé à une courte séquence que j'avais faite avec les GS que j'avais en 1/4 de décharge il y a 4 ans, ça l'intéresse alors je me suis replongée dans mon travail et je me suis dit qu'il était temps aussi de revenir partager par ici après avoir un peu délaissé le blog ces derniers temps... 

    J'ai proposé cette séquence de 4 séances (assez longues) à mes GS de REP+ pour répondre à une demande pour une animation pédagogique sur les défis en sciences. Il fallait que je trouve un thème qui s'y prête et comme j’envisageais de travailler sur les graines à partir de l'album Toujours rien, je me suis dit que faire des mélanges pourrait, d'une part, leur permettre  de manipuler facilement et surtout de s'entrainer au dessin d'observation dont nous allions avoir besoin pour les graines.

     

    Séance 1 : introduction, recueil des connaissances des élèves

    Je suis arrivée avec une marmite pleine de différents éléments liquides et solides plus ou moins bien mélangés et ai demandé aux enfants s'il était possible de savoir ce que j'avais mis dans ma marmite. J'avais également préparé dans un grand sac (que j'ai gardé caché) différents ustensiles auxquels pouvaient penser les enfants pour séparer les ingrédients (saladiers, passoire, écumoire, filtres à café...)

         

    Mélanges et solutions - maternelle

            

    Mélanges et solutions - maternelle

     

    Ils ont pu observer que certains éléments étaient faciles à séparer et d'autres non car ils étaient bien mélangés. Nous avons abordé les notions de solides et liquides.

     

    Séance 2 : mélange eau + solide

    J'ai commencé par demander aux enfants si on pouvait mélanger quelque chose de solide à de l'eau puis je leur ai montré les différents éléments que nous allions mélanger :  eau  + farine / sel / sucre / riz / terre / cacao. Je leur ai fait faire des hypothèses que nous avons notées au tableau.

    Les enfants, que j'avais mis par deux, ont ensuite réalisé un mélange de sorte que nous les ayons tous une fois puis nous avons fait une autre activité pendant quelques minutes afin de laisser le temps au mélange de bien se stabiliser.

    Mélanges et solutions - maternelle

    Pour finir, les enfants ont complété un tableau bilan individuel avec les images des ingrédients de façon individuelle, en observant les mélanges ou l'affichage collectif.

      

    Après avoir réalisé un modèle ensemble : qu'est-ce qu'on voit ? comment on va le dessiner ? Chaque élève a réalisé un dessin d'observation de deux mélanges.

    J'ai demandé aux plus rapides de (re)faire d'autres dessins d'observation afin de réaliser un affichage collectif (cf celui de la s3) sur lequel nous avons trié ce qui se mélange, ce qui se mélange un peu ou pas du tout.

     

    Mélanges et solutions - maternelle

     

    Mélanges et solutions - maternelle

                           ensemble des docs séance 2 :

    Mélanges et solutions - maternelle

                                  photo des mélanges : Mélanges et solutions - maternelle

    Séance 3 : mélanges liquide + liquide

    J'ai procédé de la même façon. Les enfants ayant bien compris ce que j'attendais d'eau, on a pu réaliser plus de mélanges.

    Mélanges et solutions - maternelle

                           ensemble des docs séance 3 :

    Mélanges et solutions - maternelle

                                  photo des mélanges :

    Mélanges et solutions - maternelle

     

    Séance 4 : un défi -> Réalise une mélange avec au moins trois couches.

    Les enfants avaient à leur portée les affichages réalisés lors des séances 2 et 3 ainsi que tous les ingrédients. Voilà leurs productions :

    Mélanges et solutions - maternelle

    Pin It

    votre commentaire
  • J'ai grandi avec cette émission que j'adorais et, malgré la date de diffusion des épisodes (dont certaines remontent au siècle dernier !!), je trouve que ça reste une émission de super qualité et j'ai souvent du mal à trouver de meilleures vidéos à montrer à mes élèves.

    D'ailleurs, mes élèves du spécialisé avec qui j'utilise beaucoup les vidéos comme support en découverte du monde ont tendance à râler lorsque je leur montre autre chose que "C'est pas sorcier" donc ça me conforte dans l'habitude d'utiliser encore ces ressources quasi préhistoriques happy

    Je ne montre pas toujours l'épisode entier en fonction de la difficulté ou de ce qui m'intéresse dedans, je me suis donc attelée à la tâche de rédiger le contenu détaillé de certains épisodes à partir desquels j'ai travaillé :

     

     Histoire :

     

    Sciences :

    Pin It

    votre commentaire
  • De retour des vacances et pour faire le lien entre les périodes Antiquité et Moyen-Age, nous allons commencer la séance par une vidéo récapitulative :

     

    Afin de garder une trace des grandes étapes de l'histoire de l'Empire Romain étudiées ensemble et abordées dans la vidéo, je vais demander aux élèves de remettre dans l'ordre 4 cartes géographiques de l'Empire romain.

    NB : les cartes sont extraites d'une vidéo récapitulative proposée ici par Histoire à la carte, un collectif d'historien.

    La chute de l'Empire romain

     

    Je vais ensuite leur lire le texte suivant :

    La chute de l'Empire romain

    La chute de l'Empire romain

    Après m'être assurée qu'ils ont bien compris le texte, on le mettra en parallèle avec la 1ère carte de la fiche et on complètera le paragraphe à droite.

    On lira ensuite le texte et ils essaieront d'écrire au bon endroit le nom des peuples qui s'installent en Gaule et ils chercheront et colorieront en orange ce qu'il reste de l'empire romain en Gaule.

    Pour finir, on fera le lien entre le nom de deux des peuples et le nom "France" et "Bourgogne".

                 

                                                       

     Fiches élèves :   

    (modif le 09/01/19)

           

                         

    La chute de l'Empire romain

                

    La chute de l'Empire romain

     

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    déroulé de l'émission :

    C'est pas Sorcier - Pont du Gard et Arènes de Nîmes : l'architecture gallo-romaine

     

    Pin It

    votre commentaire
  •  

     

    déroulé de l'émission :

    C'est pas sorcier - Pompéi

    Pin It

    votre commentaire
  •  

    déroulé de l'émission :

    C'est pas sorcier - les gaulois

    Pin It

    votre commentaire
  • Les films sont de bon supports pour travailler avec les élèves du spécialisé, c'est plus facile d'accès que des lectures et cela leur permet de se créer des images mentales dont certains sont peu pourvus...

    En cherchant des supports intéressants pour travailler sur la préhistoire j'ai découvert ce film :

    Ce qui m'a intéressé dans un premier temps c'est le fait qu'il soit coécrit par un paléoanthropologue (comme l'explique cet article ou celui-ci) et qu'il soit très récent, donc on peut supposer à jour des dernières découvertes.

    Après visionnage, j'ai apprécié le côté film où on suit quelques "premiers hommes" tels des personnages (les enfants y ont été très sensibles également) et je trouve qu'il permet bien de toucher du doigt la notion d'évolution si complexe et à quel point un petit changement dans leur mode de vie, une découverte à pu mener à cette évolution.

    Bref, mes élèves et moi avons beaucoup apprécié le film

     

    J'ai noté dans ce document le déroulé précis du film et les notions mises en jeu : 

    Film "Premier Homme"

    J'ai écarté certains passages que je jugeais inadaptés aux enfants, d'autres pour simplifier le découpage du film et j'en suis arrivé à 5 grandes étapes :

    • Pierola (hominidé) - 18 min 29
    • Toumaï (hominidé) - 10 min 17
    • Naledi (Lucy) - 18 min 24
    • Homo erectus - 20 min 37
    • Néanderthal & Homo sapiens - 6 min 50

     

    (Je ne mettrai pas en ligne la vidéo découpée mais je peux envoyer mon montage sur demande...)

     

    Chaque passage du film a été accompagné d'activités en lien avec le film pour garder des traces, ou en décroché pour apprendre de nouvelles choses. Voir articles "documents de travail film Premier Homme" et "Voyage dans le temps - projet annuel".

     

    Pin It

    votre commentaire
  • J'ai ma nièce Lola (7 ans) en vacances. Je profite d'une journée balade à Lyon pour aller rendre des livres à la bibliothèque de l'ESPE. Sur le trajet, elle me questionne à nouveau sur ma classe : bien que je l'ai déjà emmenée à l'école, elle a du mal à comprendre ma classe spéciale avec peu d'élèves de tous les âges.

    Je rends les livres, elle pose mille questions à la bibliothécaire (très patiente) et alors que je vais chercher d'autres livres...

    "-Tu fais quoi tata ?

    - Je vais chercher d'autre livres pour travailler pour mes élèves.

    - Ben t'as pas besoin, t'en n'a que 4 !!"

     

    no  Oui, merci chérie mais même pour 4 préparer la classe c'est du travail...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires